f
Lorem ipsum dolor sit amet, urna montes lobortis parturient.
MAEL
Le langage de la Michna
/Le langage de la Michna

A l’époque du deuxième temple la langue parlée en terre d’Israël par les juifs d’une manière général était l’araméen, les sages parlaient aussi l’hébreu. Ces derniers ont voulu enseigner la Michna en hébreu, mais beaucoup de mots en araméen se sont glissés et sont devenus par la suite, partie intégrante de la langue de la Michna. Certains mots araméens ont même été déformés et conjugués en fonction des règles de l’hébreu.

En voici quelques exemples: le mot « Ilan » qui signifie arbre, vient de l’araméen « Ilana » et remplace dans la Michna le terme hébreu « Etz ».

« Dékél » pour le palmier, du mot « Dikla » remplacera « Tamar » de l’hébreu. Ainsi « Emtzaï » de « Metzia », qui veut dire milieu, remplacera le mot hebreu « Tikhon ».

La synagogue appelée (dans Yéchaya 57) « Béth Téfila », lieu de rassemblement de prière, est appelée en araméen « Bé Kénichta », lieu de rassemblement sans évoquer la prière dont elle en est le but, et deviendra dans le langage de la Michna « Béth Kénésset ».

(Rabbi Chlomo Levison)

Sens et signification des mots Michna, Massékhet

Le mot Michna signifie: enseignement, du mot « Choné » qui veut dire étudier, enseigner ou même répéter.

La Massékhet est le regroupement d’enseignement (Michnayot).

Le mot « Massékhet » d’après le ‘Arouh provient du terme Haskét du verset Hasket Ouchma Israël, qui signifie « concentres toi et écoutes Israël », puisque ces enseignements étaient transmis à l’oral. D’autres expliquent que c’est du terme « Maskha Yéna », c’est à dire il a coupé et mélangé son vin, en correspondance avec le mélange d’enseignements différents qui forment la Massékhet (Tossfot Yom Tov). D’après le Léket Hakémah c’est du terme « Massakh » qui était le rideau à l’entrée du tabernacle, parce que la Michna est une entrée pour pénétrer et comprendre la Torah écrite.

Le nom des Massékhtot a été fixé en fonction du sujet essentiel de la majorité des Michnayot de chaque Massékhet et non pas par rapport aux premiers mots de la première Michna, comme c’est le cas pour les Parachiyot de la Torah.

(Mélékhet Chlomo)